On sait que le club finistérien, après les frasques des années 1980-90, celles de l’argent-roi et des dérives financières, avait dû attendre 19 ans pour retrouver les sommets en 2009. Pour trois saisons seulement. La nouvelle direction du président Le Saint et l’arrivée  d’un nouvel entraîneur, Jean-Marc Furlan, «  spécialiste  » de la montée en Ligue 1 (trois avec Troyes, sans jeu de mots  !), a redonné de l’espoir aux supporters de tout l’ouest de la Bretagne qui, en fait, n’espèrent qu’une chose  : voir, pour la première fois à ce niveau, des derbies de L1 entre Brest et Guingamp  ! Il y a pire dans la vie  ! Fort d’un nouveau centre de formation, le club brestois veut bâtir sur la durée.
En attendant, le club joue bien. Il est efficace avec des joueurs de qualité portés vers l’offensive. La philosophie de Jean-Marc Furlan colle bien aussi avec l’esprit «  Miroir  », ce foot que l’on aime, celui du mouvement et du plaisir de jouer. Nous en voulons pour preuve les déclarations récentes de l’entraîneur brestois à nos confrères d’Ouest-France (3 mars 2017). Le jeu, l’organisation et la maîtrise collective  ! On croirait entendre Gourcuff. «  Je ne demande pas à mes joueurs de gagner tous les matches, ajoute encore Furlan, je leur demande de faire appel à d’autres valeurs  !  »
Pour l’entraîneur brestois il faut «  gratter  » des points partout et, surtout, être difficile à battre. Les résultats suivront. Et avec eux cette nouvelle montée espérée. Après des années d’errance, le projet brestois prend forme. Il y a du nouveau à l’ouest et de belles heures en perspectives à Francis Le Blé et au … Roudourou  !