Tabela 2 : halte au vertige!

Simon Lebris L’équipe de France peut-elle aller loin ?
Hervé Thomas Cette victoire de l’équipe de France est sans aucun doute importante en terme de capital confiance… En revanche, ce 5-2 ne me paraît pas significatif sur son réel potentiel tant l’équipe suisse a paru faible.
Quinze premières minutes insipides avec très peu d’enchaînements intéressants… Et puis vint le premier but de la France sur corner après une perte de balle d’un joueur helvétique sur une mauvaise relance… Un deuxième but dans la minute qui suit sur un double cadeau que Benzema et Matuidi ont su convertir avec efficacité.
A partir de là, tout fut beaucoup plus simple pour les Français qui ne ratèrent pas l’occasion de convertir à trois reprises encore, de nouvelles offrandes de nos voisins suisses.
Il faudra donc attendre les huitièmes de finale pour juger cette équipe de France à sa réelle valeur.
Simon Lebris

Difficile de juger sereinement une équipe dans la tornade patriotico-dithyrambique que lui a valu cette large et logique victoire. L’éditorial en une de L’Equipe – sous le titre « Vertigineux » (!) et rédigé par son directeur dans la gorge duquel visiblement l’autobus de Knysna est resté coincé – invite à « profiter de l’instant ». On n’est pas obligé de s’identifier à son équipe nationale.

Cette équipe, plus encore que sa devancière de 1998, a été nettoyée plus ou moins volontairement de ses brebis égotistes.

Elle est en pleine confiance, mise sur le contre et les coups de pied arrêtés, joue vite. Elle est opportuniste et compétitive. Pour provoquer notre admiration, il lui faudra effectivement convaincre devant un adversaire moins généreux.