Derby très pauvre
Chronologiquement, le derby Lyon-Saint-Etienne ouvrait le bal. Il fut aussi pauvre que le match aller (5-0 pour Lyon à Geoffroy Guichard) avait été riche. Les deux équipes ont étalé techniquement des lacunes grossières. La blessure de Fékir liquéfia des Lyonnais méconnaissables depuis la trêve, qui viennent de prendre 2 points en 5 matches. La persistance de Bruno Génésio à ne pas titulariser Aouar, si prometteur milieu de terrain, est une incompréhension car il serait le seul à pouvoir mettre un peu d’ordre dans la pagaille ambiante. Quand on vous aura dit que Saint-Etienne va moins mal qu’il y a deux mois, qu’il a fait une bonne pioche au dernier mercato avec Debuchy, on aura fait le tour d’une question qui ne mérite pas qu’on s’y attarde pour l’instant.
PSG devra faire mieux
PSG-OM relève donc la moyenne mais ce ne fut pas un affrontement qui vola très haut non plus. Les Marseillais avaient de nobles intentions  : un bloc et un pressing hauts, des envies de domination physique puisqu’Anguissa et Ocampos reléguaient Sanson et Lopez sur le banc. Ce fut un feu de paille. «  Quand des types de 130 kgs vous disent certaines choses, ceux de 60 les écoutent  », disait Michel Audiard. En traduction marseillaise, ça veut dire que quand vous achetez Mitroglu et Germain, vous avez du mal à toiser ceux qui achètent Neymar et M’Bappé. L’OM ne pouvait mieux que de regarder impuissant les accélérations parisiennes, parfois très stylées. Les différences individuelles ne peuvent être résorbées que par une expression collective très soutenue, à condition d’avoir un niveau technique suffisant. Les Marseillais ne l’ont pas, du moins pas tous. Mais le PSG, s’il veut éliminer le Real dans une semaine, devra faire plus et mieux. Dans les prochains jours, la cheville de Neymar va agiter le microcosme. Sera –t-il apte à jouer  ? Sa blessure est malencontreuse mais il a subi huit fautes avant sa sortie. Il est bien sûr énervant, chambreur, il en rajoute pas mal mais comme tous les dribbleurs après tout, un type de joueurs insuffisamment protégé. Certaines combinaisons des coéquipiers de Thiago Silva furent remarquables  ; ça sauve un dimanche, déjà embelli par le match extraordinaire de Griezmann avec l’Atletico de Madrid à Séville (5-2). On ne perd jamais son temps un dimanche hivernal à voir du foot quand Griezmann est en forme  .