Pierre-Emeryck Aubameyang, que les Stéphanois connaissent bien puisqu’il a débuté chez eux, est aujourd’hui attaquant au Borussia Dortmund. Il va très vite, il marque des buts, des clubs européens lui font les yeux doux mais ce n’est quand même pas Messi. Le club chinois de Tianjan Quanjian lui a mis sous le nez un contrat à 50 millions d’Euros de salaire net par an, 6800 Euros de l’heure. Visiblement, la mondialisation bénéficie à certains Chinois qui mettent tellement d’argent sur la table qu’ils dérégulent le marché des transferts. D’après les observateurs, le championnat chinois équivaut pour l’instant au National en France. Pour rendre le football attractif dans un pays qui n’a aucune culture, la Chine préfère attirer quelques stars plutôt que de tout miser sur la formation en faisant venir des éducateurs étrangers. Est-ce le bon calcul? Aubameyang, qui n’a pas encore décidé de sa destination, ne va pas être le seul dragué du mercato. Beaucoup d’agents européens font le pied de grue en Chine en espérant vendre des fortunes des joueurs en fin de carrière. A ces tarifs…
SFR met 350 millions d’Euros sur la table
Patrick Drahi, Franco-Israëlien de 53 ans, est un fauve qui veut tout acheter. Son rayon principal, ce sont les télécommunications et les médias. Il a racheté en deux ans le groupe l’Express”, “Libération” , “BFM TV”. Mais sa grande affaire, c’est SFR. Pour alimenter les tuyaux, il s’est lancé dans le foot haut de gamme. Il s’est d’abord approprié le championnat anglais avant de faire main basse sur la Champions League contre un chèque de 350 millions d’Euros par an à compter de 2018. C’est plus du double que Canal et Be INSport réunis. SFR, dont les abonnements téléphoniques ne marchent pas fort, compte ainsi recruter de nouveaux abonnés. “Folie douce”, disent en choeur les économistes. Cette folie des grandeurs est périlleuse parce que, si l’un des trois financiers du foot explose, c’est le système qui risque d’exploser.
Une commission à 49 millions d’Euros
Mina Raiola est l’agent qui s’occupe des affaires de Paul Pogba. La justice s’intéresse à son cas; lors du transfert du Français de la Juve à Manchester United (105 millions d’Euros environ, on ne sait plus vraiment), il a touché une commission des deux clubs, ce qui est rigoureusement interdit. Le total de 49 millions (qui peut croire qu’il n’y a pas de rétro-commissions?) est exorbitant. 49 millions, c’est le budget total de Nice cette saison. Donc, poser des signatures sur un contrat rapporterait autant que de faire vivre un club moyen. C’est de l’argent évaporé qui ne sert qu’un homme (peut-être deux ou trois) et ne va pas au football puisque, on l’a déjà écrit ici, Raiola a acheté la maison d’Al Capone à Miami. N’y a -t-il pas moyen de freiner des transactions démentielles sans crier au liberticide?
M’Bappé, le gamin de 130 millions
Il a 18 ans, il est beau, riche, intelligent. Depuis 4 mois, il fait la pluie et le beau temps à Monaco. Elle est pas belle, la vie? Non, enfin pas assez. Des clubs, parmi lesquels le Real Madrid, proposent 130 millions pour le débaucher. Pour l’instant, il réserve sa réponse mais bon, 4 mois de haut niveau, c’est peu, ne devrait-il pas rester un peu plus longtemps à Monaco pour parfaire son immense potentiel avant de se jeter dans ce qui peut être la gueule du loup? A suivre.

On a pris ces 4 exemples, la liste n’est malheureusement pas exhaustive. Le foot, comme des gamins trop turbulents qui finissent par se faire mal, devraient parfois modérer ses délires.